Boutique Biologiquement.comMerveilleuses vertues de l’aloes

  Posté par aloes       Laisser un commentaire
[Total : 2    Moyenne : 2/5]

Il y a vingt ans, alors que je travaillais comme hôtesse de l’air, j’avais rencontré sur une plage des Caraïbes une femme qui s’efforça de me faire acheter un peu de son Aloe Vera bio, en me conseillant d’en mettre sur ma peau brûlée par le soleil.

Un peu agacée par son insistance, je me résolus malgré tout à essayer : elle se mit à étaler sur ma peau un jus visqueux, extrait d’une feuille de ce qui me parut être une sorte de cactus ; et elle avala ce qui restait de jus ! Je me souviens en avoir été totalement éberluée et m’être demandé ce qu’il allait advenir. Elle rit et m’expliqua que l’Aloe était son bain de jouvence — elle avait 72 ans et en paraissait 55. J’avoue avoir été très impressionnée et, à mon grand étonnement, mes brûlures disparurent en moins de deux jours.
Jamais je n’avais imaginé devenir un jour écrivain et faire des articles sur les méthodes de soins dites alternatives et l’Aloe Vera, ni que je me mettrai à boire chaque jour le jus de cette plante.

L'aloe vera en boisson, nectar régénérant
L’aloe vera en boisson, nectar régénérant

En 1994, Alasdair Barcroft m’écrivit au Daily Mail et m’annonça qu’on était parvenu à stabiliser l’Aloe Vera bio en tant que boisson et qu’il connaissait des douzaines de personnes qui l’utilisaient pour leur santé. J’étais quelque peu sceptique, d’autant que je recevais chaque semaine des centaines de lettres à propos de produits nouveaux et que j’avais pris le parti de rester objective et impartiale en attendant d’avoir vu et entendu moi-même la réalité ; toutefois, mon rédacteur en chef fut suffisamment intéressé pour me demander un article. Au cours de mes investigations, j’ai interviewé neuf sommités de la gastro-entérologie dont, à mon grand étonnement, un seul avait entendu parler de l’Aloe Vera.
Depuis l’époque, relativement récente, de cet article, le concept de médecine alternative a fait beaucoup de progrès. Des millions de gens sont malades d’être malades et s’inquiètent des effets secondaires lors de traitements médicaux de longue durée. L’an passé, 10 000 personnes furent hospitalisées en Angleterre à la suite de tels effets, imputables aux médicaments prescrits. Depuis bien longtemps, nous sommes convaincus de l’importance de la prévention, assurance de santé future.
Nombre d’entre nous, malheureusement, ne prennent conscience de leur corps que lorsqu’ils commencent à mal se porter. Souvent alors, ils espèrent que leurs médecins vont leur prescrire les médicaments adéquats. La grande majorité d’entre nous a désespérément besoin de prendre davantage de responsabilités s’agissant de sa santé et d’être plus lucide à propos de ses habitudes alimentaires. Ce n’est pas notre dernier repas qui nous a rendu malade, mais les mille précédents ! Notre corps est intégralement constitué de molécules issues de notre nourriture, souvenons-nous en — et n’y introduisons pas n’importe quoi, car il ne ferait alors aucun doute que plus tard, notre santé en pâtirait. Les aliments « minute » n’ont que peu ou pas de valeur nutritionnelle alors que le corps humain a besoin d’ingérer régulièrement plus de cinquante éléments nutritifs essentiels, pour survivre. A l’inverse, si votre nourriture est équilibrée, vous en récolterez les bienfaits.
Beaucoup de médecins de famille sont débordés de travail et stressés ; ils sont aussi encombrés et assaillis par un flot d’informations de la part des fabricants de médicaments, tous obsédés par la croissance de leur part du lucratif marché de la prescription médicale. Tout au long des cinq années consacrées à leurs études, la plupart des futurs médecins généralistes ne reçoivent aucune formation de nutritionniste, ni d’ailleurs sur le recours aux thérapies alternatives. J’ai rencontré des centaines de personnes qui maintenant parlent à leurs médecins de ces thérapies, incluant l’emploi de l’Aloe Vera bio, quand il s’agit de psoriasis, d’eczéma, d’arthrite, de syndrome d’irritation intestinale, de constipation, de fatigue et de bien d’autres troubles. Certains docteurs restent sceptiques ; mais d’autres en prennent acte et suggèrent ouvertement des changements de régimes, des compléments nutritionnels (vitamines et minéraux) et d’autres remèdes, parce qu’ils réalisent que beaucoup de traitements alternatifs présentent d’énormes avantages, sans le risque d’effets secondaires indésirables.
Bien que l’Aloe Vera bio ne puisse être défini comme une arme magique contre tous nos maux, il est clair qu’il contient de nombreux éléments nutritionnels vitaux pour la santé. Chaque jour, je prends trois cuillerées à soupe d’Aloe Vera bio de haute qualité, incorporées à du jus de légumes, et je mange beaucoup de fruits, de légumes et de céréales. Mais je ne suis pas une sainte — et je me laisse souvent tenter par des gâteaux maison et des puddings ! Je prends aussi un certain nombre de compléments, car il est prouvé que notre alimentation ordinaire ne nous procure pas tous les éléments nutritifs essentiels à notre bonne santé.
La vie, dans les années 90, est pleine de risques potentiels dus à la pollution, aux pesticides, aux agents conservateurs et autres additifs (y compris le sel) — sans parler des aliments “minute”, des abus d’antibiotiques et agents anti-stress, et de ce qui provoque des allergies.
Mais, la main dans la main, la nature et la recherche moderne s’emploient à nous offrir toutes les chances d’endiguer la marée montante des maladies et de protéger nos corps de soi-disant avancées. En lisant ce livre, vous êtes déjà dans la bonne voie, vers une nouvelle santé. Je vous souhaite lucidité et succès. Sachez que si vous avez la volonté d’approfondir votre quête, toutes les réponses existent, en attente d’être découvertes.